Arnaud

Tomates, courgettes,… peut-on planter avant les Saints de Glace ?

Avec la météo que l’on a connu ces derniers jours, beaucoup sont tentés de planter en extérieur les différents semis qui commencent d’ailleurs à bien dépasser des pots si vous vous y êtes pris un peu trop tôt. De mon côté, le thermomètre affichait en moyenne de 10 à 12 degrés la nuit et de 22 à 26 la journée (je suis en Belgique à 20 km de Lille). Avec cette météo presque estivale, difficile de patienter, et je dois bien avouer que j’ai moi-même craqué puisque j’ai déjà repiqué une partie de mes plants de tomates et courges dans le potager. Mais comment minimiser les risques ? Les Saints de Glace existent-il toujours à l’heure où l’on parle du réchauffement climatique ? Un petit point s’impose !

Saints de Glace : mythe ou réalité ?

Alors premièrement, on dit Saints de Glace et non Saintes Glaces comme je peux le lire sur de nombreux groupes Facebook et forums. Pourquoi Saints de Glace ? Car traditionnellement les Saints de Glace marquent la fin de la période de gel auxquelles sont sensibles de nombreuses plantes dont les tomates, aubergines, haricots et courges en tous genres. Les Saints de Glace sont au nombre de trois (Mamer, Pancrace et Servais) et se déroulent du 11 au 13 mai. Passé cette période, vous devriez donc en principe éviter tout risque de gel, ce qui pourrait constituer une perte sévère dans votre potager pour les plantes qui en sont sensibles. Minute papillon, ça c’est en théorie !

Comme vous pouvez le voir dans la partie « Mon Potager » sur Permapotes, il existe plusieurs zones climatiques en France, en Belgique… et de nombreuses différences partout dans le monde. Ainsi, selon l’altitude et la région dans laquelle vous vous trouvez, il vous faut attendre moins longtemps ou beaucoup plus longtemps pour planter certains légumes en extérieur au risque de les voir grillés par le gel. En région méditerranéenne par exemple, beaucoup de jardiniers plantent début mai les plants sensibles, alors qu’en Alsace, on attend bien souvent la fin du mois de mai voire le début du mois de juin selon l’altitude. En montagne, c’est encore bien après.

Mais comment s’y retrouver ? Eh bien je ne peux déjà que vous conseiller de vous référer à votre calendrier personnalisé sur Permapotes, que vous pouvez d’ailleurs désormais imprimer ou télécharger. Pensez à bien sélectionner les légumes que vous souhaitez cultiver et votre zone climatique. Vous saurez ainsi, selon votre région, quand planter vos plants de tomates, melons ou courgettes en pleine terre. Simple et pratique, non ? Mais je dois bien avouer que rien ne vous empêche de commencer plus tôt, à condition de prendre quelques précautions !

Ma méthode pour planter avant les Saints de Glace !

Eh bien comme le dit l’expression : ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier ! Je ne parle pas de mon poulailler, ce qui fera l’objet d’un article plus tard, mais de vos semis. Si vous décidez de planter en extérieur avant la période conseillée vos solanacées et autres cucurbitacées gélives, prenez vos précautions. Dans tous les cas, j’attends au minimum la troisième semaine d’avril avant de repiquer mes plants en pleine terre à l'extérieur, et pas avant mi-avril dans la serre. Voici la méthode que j’utilise et elle fonctionne à merveille pour ma part.

1. Consulter la météo à 15 jours

Bien que les prévisions météorologiques ne soient pas une science exacte, elles reflètent tout de même assez bien la réalité. De nombreux sites météorologiques permettent de consulter la météo à 15 jours. J’utilise pour ma part La Chaine Météo. Si une température inférieure à 2 degrés est annoncée dans ma région dans la quinzaine à venir, je m’abstiens de mettre mes plants en pleine terre pour minimiser les risques. Je préfère attendre que cette vague de froid ne passe. D’après quelques statistiques que j’ai pu lire sur des sites météorologiques spécialisées, cette vague de froid arriverait tardivement une année sur trois en moyenne.

2. Garder des plants en réserve, bien au chaud

Laissez au chaud un nombre suffisant de plants que vous utiliserez en cas de besoin. Ils vous serviront peut-être à remplacer ceux qui auraient pu griller à cause d’une vague de froid tardive. Vous vous dites que faire trop de semis est du gâchis puisque vous jetterez l’excédent au compost ? Eh bien détrompez-vous ! L’une des tâches fondamentales d’un jardinier est de sélectionner les plants les plus vigoureux. De mon côté, j’adore les tomates tout comme me petite famille, et je veux donc placer 26 pieds dans mon potager cette année. J’ai donc semé trois fois plus de graines (18 variétés différentes)… Une fois bien levés, je commence à mettre les plants qui me paraissent les plus costauds en pleine terre, en priorité. Les autres plants ne sont pas à jeter au compost puisque vous pourrez très bien faire plaisir à des amis, voisins ou membres de votre famille qui disposent d’un potager ou souhaitent en créer un. Notez que des initiatives locales permettent également d’échanger des plants et de rencontrer d’autres passionnés.

3. Protéger le sol avec un bon paillis bien épais

Ne pas laisser un sol à nu est l’une des choses les plus importantes pour cultiver sur sol vivant, l’une des bases de la permaculture. Ça vous le saviez déjà, mais il y a également un autre avantage : un paillis bien épais d’une dizaine de centimètres, constitué par exemple de feuilles mortes, de paille et de tonte séchée constitue une excellente barrière contre le froid. En pratique, une température inférieure à 5 degrés peut altérer les racines des plants de tomates mais un bon paillis permettra au sol de conserver une certaine chaleur, d’autant plus que les températures pendant la journée sont généralement assez élevées à cette période. Petit conseil en passant, écartez de deux à trois centimètres le paillis des plants pour éviter tout risque de pourriture, surtout si vous avez placé de la tonte fraiche, même sur une petite épaisseur.

4. Winter is coming… back !

Désolé avant tout pour cette référence foireuse à Game of Thrones mais la série m’imprègne quelque peu surtout en ce moment ! Malgré toutes vos précautions, une vague de froid arrive vous avez peur de perdre tous vos plants repiqués dehors quelques jours plus tôt ? Tout n’est pas perdu ! Vous pouvez par exemple protéger vos plants avec de vieux draps, du papier journal, du film géotextile, ou du papier bulle (je sais, c'est moyennement perma !) placer sur le pourtour des briques qui vont accumuler la chaleur durant la journée et la restituer un peu la nuit, ou tout autre accessoire qui pourrait permettre à vos plants de gagner quelques précieux degrés. Autre solution radicale surtout si vous avez oublié de garder d’autres plants en réserve : les déterrer et les remettre en pot et bien au chaud le temps que les beaux jours ne reviennent…

Laisser un commentaire...

    Créez votre potager

    Sur permapotes, vous pourrez :

    Créer mon potager

    Flux d'actualités

    Que se passe-t-il en ce moment sur Permapotes ?